Le fabricant d’aliments aquacoles Aqualia change de mains

Le 15/04/2021 à 13:41 par La Rédaction

Afin de renforcer sa position dans le secteur aquacole, le groupe coopératif agricole breton Le Gouessant a racheté, au 1er mars, l’entreprise Aqualia, spécialisée dans la fabrication d’aliments pour les poissons.

La société, détenue jusqu’ici par Maïsadour et la Scaal (société coopérative agricole Les aquaculteurs landais), possédait une usine de production à Arue dans les Landes. Ouverte en 2016, elle servait à fournir en priorité les pisciculteurs du groupe Aqualande, tous adhérents de la Scaal. 48 professionnels que le nouveau propriétaire continuera d’approvisionner. Il conserve aussi la vingtaine de collaborateurs présents chez Aqualia.

« On était à la recherche d’un site de production pour compléter les capacités de notre usine de Saint-Aaron [dans les Côtes-d’Armor] qui atteint son maximum », explique Caroline Vignon- Nogues, responsable marketing de Le Gouessant. Avec le site landais, le groupe coopératif double ses capacités pour lesporter à 50 000 tonnes de production annuelles. Il devient ainsi « le premier producteur français d’aliments aquacoles ».

Un secteur sur lequel le groupe nourrit des ambitions de développement dans un marché de l’aquaculture « en croissance de 4 % par an au niveau mondial ». Cette acquisition lui permet, par ailleurs, de sécuriser ses capacités industrielles. « On vend aujourd’hui 100 % des volumes produits. Quand il faut intervenirsur une machine, la production se complique. Avec deux usines, l’une pourra prendre le relais de l’autre », indique Caroline Vignon-Nogues. Le Gouessant a également prévu un programme d’investissements sur ses deux sites avec l’objectif de renforcer sa spécialisation dans une production d’aliments « à la demande de nos clients », souligne la responsable marketing.

 

 

250
formules d’aliments
pour l’aquaculture
sont proposées par Le
Gouessant.

50 %
du chiffre d’affaires
de Le Gouessant est
réalisé à l’export.

35 %
de la production
d’aliments aquacoles
est sous cahier des
charges bio.

Loïc FABRRÈGUES