Stokelp : « Leboncoin » des surstocks

Le 17/01/2023 à 8:00 par La rédaction

Grâce à une interface très simple, Stokelp aide les professionnels à gérer leurs surstocks. 150 entreprises de produits de la mer ont déjà dit « oui ».

Créée fin 2021, Stokelp est une marketplace B to B d’économie circulaire, dédiée aux professionnels de l’agroalimentaire pour valoriser leurs surstocks. Fruits et légumes, produits secs, viandes, crémerie, mais aussi produits de la mer y sont référencés. La start-up n’achète pas les produits en tant que tels. Elle met les vendeurs et les acquéreurs en relation et se rémunère en prenant une commission. « C’est comme Leboncoin, mais en plus sécurisé, car nous vérifions que les entreprises existent et qu’elles sont solvables », précise William Launay, cofondateur. Stokelp peut aussi gérer l’aspect logistique en organisant l’enlèvement et la livraison (via Stef), ainsi que des solutions de contrôle qualité.

La démarche se veut gagnant/gagnant. Pour le vendeur, c’est l’occasion d’éviter les stocks dormants (par exemple en cas d’arrêt d’une référence ou lorsque la date de péremption approche), de pouvoir revendre à un prix qu’il choisit lui-même et de recevoir un maximum de propositions d’achat. Il est possible de rester anonyme à ce stade. Pour l’acheteur, le gain est surtout économique, avec un prix environ 30 % moins cher que celui du marché. « Sur 650 industriels enregistrés sur la plateforme en octobre, 150 concernent les produits de la mer. Ils reçoivent une alerte dès qu’un produit qui les intéresse est disponible. En poisson, l’offre concerne pour le moment surtout du surgelé », précise William Launay. Les produits proposés sont en conditionnement « industriel », un format inadapté au don alimentaire ou aux particuliers. Début novembre, on retrouvait ainsi du dos de cabillaud IQF 200 à 300 grammes, des ailes de raie en vrac, des anneaux de calamars, des filets de perche, du haddock sous vide, des brochettes de lotte lardées, des crabes entiers sous vide, des moules à la Louisiane, de la chair de crabe des neiges cuite, etc. Des coproduits (chutes de saumon ou de haddock) sont parfois proposés.

Les utilisateurs de la plateforme ont des profils variés : importateurs-exportateurs, industriels, restauration collective ou encore traiteurs. La start-up s’est fixé un objectif ambitieux : « D’ici 3 ans, nous souhaitons devenir le leader européen de la gestion des surstocks agroalimentaires en sauvant l’équivalent de 500 000 tonnes de matières premières par an ».

Fanny ROUSSELIN-ROUSVOAL

Copy link
Powered by Social Snap