Réunion : Sapmer perd l’exclusivité de la langouste australe

Le 19/05/2022 à 15:44 par La rédaction

Seul à pêcher la langouste australe dans les eaux des îles Saint-Paul et Amsterdam, avec son emblématique caseyeur L’Austral, l’armement Sapmer voit arriver un concurrent sur ses mers. Le préfet des Terres australes et antarctiques françaises (Taaf) vient en effet d’autoriser Le Manohal, un palangrier de l’armement Pêche Avenir, à en pêcher 17 tonnes pour la saison 2021- 2022. Soit l’exacte augmentation du Total admissible de captures (Tac) pour cette même saison, passé à 400 tonnes. Surpris par la décision des Taaf, les marins de L’Austral ont notamment manifesté leur mécontentement sur les quais de la Pointe-des-Galets, à La Réunion, port d’attache de la pêche australe. Ils affirment que Le Manohal n’est pas adapté aux conditions de mer de Saint-Paul et Amsterdam. Alors qu’ils soulignent les nombreux services rendus aux Taaf par L’Austral depuis plusieurs années, ils craignent pour leurs emplois et prédisent la perte prochaine du label MSC, obtenu en 2020, pour la pêcherie de langouste. « Je partage les inquiétudes et interrogations de nos marins, explique Adrien de Chomereau, président-directeur général de Sapmer. Je ne comprends pas quel est l’objectif des Taaf et ce que cela signifie pour l’avenir de la pêcherie. » Alors que Sapmer vient d’investir d’importantes sommes dans le réaménagement complet de L’Austral, son PDG demande les avis du conseil scientifique de la réserve naturelle des Taaf et du Muséum national d’histoire naturelle pour autoriser un second navire sur zone. Ce qui laisse présager de futures actions judiciaires contre la licence accordée à Pêche Avenir.

Raphaël ORTSCHEIDT